Faire avancer la recherche contre la chrysomèle

La section a lancé un appel à projets pour identifier et financer des programmes de recherche dédiés à la lutte contre la chrysomèle du maïs (Diabrotica virgifera virgifera). L’objectif est d’approfondir les connaissances sur cet insecte, afin de proposer des solutions nouvelles et durables pour préserver les cultures de semences de maïs de ses attaques. L’appel à projets a été engagé en juillet 2015. Un comité scientifique regroupant des compétences complémentaires en agronomie, entomologie, biologie et génétique est chargé d’étudier les réponses, puis de sélectionner les programmes de recherche jugés conformes aux objectifs fixés. Lors de sa réunion du 4 mai 2016, le comité de pilotage a retenu, sur proposition du comité scientifique, 2 programmes de recherche, Dietetic et MAD, prévus pour démarrer au deuxième semestre 2016.

Les projets sont financés par un fonds, créé suite au déclassement de la chrysomèle de la liste des organismes de quarantaine. En effet, pour tenir compte de cette évolution réglementaire, un accord interprofessionnel a été signé au sein de la section le 6 novembre 2014 et étendu par arrêté le 23 janvier 2015. Celui-ci prévoit la transformation de la caisse de solidarité, précédemment destinée à indemniser les agricultures victimes du Diabrotica, en fonds dédié au financement de programmes collectifs de recherche et développement.

L’accord interprofessionnel prévoit aussi une participation financière transitoire à l’organisation d’un dispositif d’épidémiosurveillance de la chrysomèle. Ce dispositif doit servir à évaluer les populations de chrysomèle. Ainsi, les agriculteurs pourront adapter les mesures de lutte en fonction de la pression de l’insecte.
Le dispositif est intégré au réseau de Surveillance biologique du territoire (SBT), coordonné par les chambres régionales d’agriculture. Un guide pratique pour la reconnaissance de l’insecte et le suivi du réseau de piégeage a été diffusé aux animateurs de la surveillance.