Homogénéiser la réglementation de production et d’étiquetage des produits biologiques et conventionnels

tracteur

Le projet de règlement sur la production biologique et l’étiquetage de ces produits n’a pas encore fait l’objet d’un compromis approuvé par le trilogue européen, certains articles liés au « matériel biologique hétérogène » ou aux « variétés biologiques » soulèvent des questions.

Un des articles prévoit en effet que le matériel biologique échappe à toutes les exigences en matière de Catalogue officiel et de contrôle de la qualité des semences, par rapport à la réglementation sur les semences conventionnelles. Or, l’interprofession, comme la majorité des parties prenantes européennes, estime que le matériel biologique nécessite, lui aussi, une traçabilité et un contrôle minimum, au même titre que le matériel non biologique.
De plus, cette exemption affaiblirait l’ensemble du secteur conventionnel puisque les marchés ne sont pas étanches.

Le Gnis défend l’idée que la réflexion sur les évolutions éventuellement nécessaires de ce règlement doit être menée à l’échelle de l’ensemble des semences et des plants et non spécifiquement au niveau des semences biologiques. Toutes les formes d’agriculture méritent d’être intégrées dans cette réflexion.