Implication dans les labels qualité en fourragères

france-prairie-melange-labellisevegetal-local

La section a confirmé son soutien actif à la promotion des labels fourragers de qualité. En effet, 2 labels fourragers se sont récemment créés, « France prairie » et « Végétal local », qui rencontrent un intérêt croissant. « France prairie » s’appuie sur une gamme de différents mélanges de semences fourragères pour prairies, chacun d’entre eux adapté à un usage précis. Le label apporte ainsi aux éleveurs français la garantie que le mélange acheté est constitué d’espèces et de variétés adaptées à leur type de sol et à leur mode d’exploitation.

« France prairie » a été lancé par l’AFPF (Association française pour la production fourragère) au printemps 2015. Le Gnis, membre fondateur de l’AFPF, aux côtés d’Arvalis, de l’Inra et de l’Institut de l’élevage, a apporté une contribution financière pour accompagner le lancement du label. Une conférence de presse avait été organisée lors du lancement du label et une campagne d’information menée, notamment vis-à-vis de la distribution. Signe de l’intérêt suscité par ce label, 33 mélanges ont été déposés par 7 semenciers pour l’été 2016 !

Quant à « Végétal local », il garantit la provenance locale d’un certain nombre de plantes, arbres et arbustes, ainsi que leur conservation dans leur milieu naturel. Des semences d’herbacées, en pur ou en mélanges, peuvent prétendre au label. Le label a été conçu par la FCBN (Fédération des conservatoires botaniques nationaux), en partenariat avec l’Afac-Agroforesteries et Plante & Cité. La section a accompagné l’émergence de ce label, lancé au printemps 2015.

Toute entreprise de production de semences souhaitant commercialiser des végétaux sous la marque « Végétal local » est soumise à un audit indépendant, destiné à établir le bon respect des contraintes du règlement ainsi que celles du référentiel technique. C’est le Soc, service technique du Gnis, qui est chargé de réaliser ces audits. 16 établissements sont déjà habilités à utiliser la marque « Végétal local ». La FCBN estime qu’il y aura une cinquantaine d’entreprises utilisatrices de la marque d’ici 2018.