Mettre en place une commission sur les semences biologiques

parcelle-mais

Le Gnis a mis en place sur cette campagne une commission « semences biologiques », représentant tous les collèges et toutes les espèces végétales de semences, afin de débattre de tous les sujets relatifs aux semences et aux plants pour l’agriculture biologique. Présidé par Pierre Pagès depuis juin 2017, ce groupe de travail est composé des Présidents et des Vice-Présidents des groupes bio de chaque section du Gnis et de nombreux autres acteurs du monde agricole. L’initiative est née de la volonté du conseil d’administration du Gnis de s’investir davantage sur le sujet de l’agriculture biologique, au vu de l’augmentation des surfaces de multiplication (7 500 ha en 2016 contre 5 000 ha en 2013 et 3 200 ha en 2010) et de la consommation de produits biologiques.

En octobre 2016, la feuille de route de la commission « semences biologiques » a été définie, avec comme principaux enjeux :

  • le suivi de la production en agriculture biologique, pour une meilleure adéquation entre l’offre et la demande de semences et de plants,
  • l’étude de tous les besoins techniques de la production biologique de semences (en particulier la substitution aux produits phytosanitaires),
  • la transmission d’avis sur le secteur des semences biologiques (réglementation sur l’agriculture biologique au Parlement européen, consultation sur la PAC…).

Améliorer l’accès à la base « semences biologiques »

Le Gnis est gestionnaire depuis 2004 du site semences-biologiques.org. Il répond ainsi à l’obligation réglementaire faite à l’Etat de fournir l’accès à la base qui doit être garanti aux agriculteurs et organismes certificateurs. Ce site recense les producteurs de semences biologiques ainsi que les distributeurs. Par un système de dérogation, il permet aux agriculteurs de se fournir en semences conventionnelles non traitées lorsque la semence biologique recherchée n’est pas disponible sur le marché.

Ce site va être mis à jour pour une utilisation plus optimale de la base de données. Sur la campagne 2016/2017, l’interprofession a ainsi consulté les différents utilisateurs du site (distributeurs, agriculteurs, organismes certificateurs) pour identifier leurs besoins et recueillir leurs souhaits d’amélioration.
Grâce au retour d’expérience des utilisateurs, le Gnis a rédigé un cahier des charges validé par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), lui permettant ainsi de répondre de manière optimale à la mission de service public qui lui est confiée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le nouveau site, dont le Gnis restera gestionnaire, sera disponible dès le 1er semestre 2018. Sur la campagne 2016/2017, 133 000 agriculteurs ont consulté le site, pour 136 distributeurs et 9 organismes certificateurs agréés en agriculture biologique.