Néonicotinoïdes

parcelle-mais

La loi Biodiversité votée en 2016, dont l’entrée en vigueur est prévue en septembre 2018, prévoit d’interdire l’utilisation des néonicotinoïdes. Actuellement sans solution de substitution efficace, la profession agricole dans son ensemble s’est mobilisée à ce sujet. Les entreprises de la filière semences investissent fortement dans la recherche de variétés résistantes afin d’apporter de réelles solutions alternatives à l’utilisation de ces produits. Mais dans l’attente de ces solutions, le mouvement réglementaire doit être le plus progressif possible pour les agriculteurs.

L’interdiction brutale des néonicotinoïdes conduirait en effet à la perte de solutions techniques essentielles pour la production de semences en France. Ainsi, en plus de pertes économiques directes pour les agriculteurs producteurs et les entreprises, cette interdiction pourrait conduire à la délocalisation des productions dans des pays où l’usage est autorisé.