Promouvoir les différentes valorisations du maïs

grains-mais-main

La section a mené plusieurs types d’actions de communication, conjointement avec les acteurs de la filière semences Maïs et sorgho. Pour la troisième année consécutive, l’action « Cet épi m’épate » a été mise en place. Lancée en 2014 par la FNPSMS (Fédération Nationale de la Production des Semences de Maïs et de Sorgho), l’AGPM (Association générale des Producteurs de Maïs) et l’UFS (Union Française des Semenciers), elle vise à promouvoir les valorisations alimentaires et non alimentaires du maïs auprès du grand public.

Dans ce cadre, en 2016/2017, un concours a été organisé auprès des écoles d’ingénieurs pour les inciter à réfléchir et à proposer de nouvelles utilisations du maïs, notamment industrielles. Trois prix de l’innovation, de la durabilité et de la faisabilité ont permis de distinguer des travaux sur les bio-aérogels (CEMEF – Mines ParisTech), les fibres (ENSCM -Montpellier SupAgro) ou encore les propriétés agroalimentaires du maïs (Université de Technologie de Compiègne). Par ailleurs, la campagne de communication « Cet épi m’épate » a été lauréate du prix international Gold Sabre Award 2017 de la meilleure campagne française, récompensant les meilleures actions de communication. C’est une reconnaissance très importante du travail effectué dans cette campagne de communication et de son intérêt vis-à-vis du grand public.

La section a également participé à des actions de communication à destination des éleveurs afin de valoriser les qualités du maïs fourrage. Pour la troisième année, le Gnis a participé à la campagne « Ma vache, mon maïs fourrage et moi » avec l’UFS (Union Française des Semenciers) et l’AGPM (Association Générale des Producteurs de Maïs). Une page Facebook a ainsi été créée en 2014 pour porter ce message auprès des agriculteurs, très présents sur Facebook. Plus de 7 000 visites sont enregistrées sur la page lors de la campagne 2016/2017. Pour la deuxième année consécutive, un journal affiche a été édité et publié en octobre 2016 (3e numéro). Il est construit sur un design original : une affiche d’un côté et une interview d’un éleveur de l’autre côté. Il s’agissait cette année des exploitants de l’EARL Chasseignes en Indre et Loire, qui témoignaient sur l’apport du progrès génétique du maïs dans l’amélioration des performances économiques. Diffusé sur les salons, il a également été envoyé aux organisations syndicales d’élevage et à l’enseignement agricole.

Les sections fourrages et maïs ont tenu conjointement un stand sur le Sommet de l’élevage 2016 de Clermont Ferrand, afin de promouvoir une alimentation fourragère du bétail auprès des éleveurs.

Enfin, concernant le sorgho, la section du Gnis vient en appui des actions menées par la FNPSMS (Fédération Nationale de la Production des Semences de Maïs et de Sorgho), qui organise une campagne d’envergure de promotion du sorgho. Au titre de ses actions 2016/2017, le Gnis a pu accompagner deux actions techniques sur la multiplication du sorgho.