S’engager en faveur de la pollinisation

ruches-colza

La filière semences d’oléagineuses est fortement engagée depuis plusieurs années sur la thématique de la pollinisation des semences oléagineuses (tournesol, colza). Ainsi le Gnis participe financièrement au projet Polapis.

Initié en 2013, ce projet a pour objectif de mieux comprendre la pollinisation par les abeilles, afin de l’optimiser sur les cultures de semences de tournesol et de colza. L’objectif de la section est à terme d’obtenir des préconisations de gestion des colonies pour une meilleure pollinisation des semences. Dans le cadre de ce projet, le Gnis cofinance avec l’Anamso (Association nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences oléagineuses) une thèse au sein de l’INRA d’Avignon. Les travaux portent sur l’acquisition de connaissance sur les abeilles en tant que pollinisateurs.

En février 2017, la deuxième journée de restitution des résultats de Polapis était organisée à Balma (31) pour les acteurs de la filière semences. Près de 70 professionnels étaient présents. 2017 est l’année de l’aboutissement de ce projet. Le Gnis prévoit ainsi une vulgarisation des résultats pour une communication vers les établissements producteurs et les agriculteurs en 2018.

Parallèlement, le Gnis a assisté à 3 rencontres organisées par les pouvoirs publics (parlement, ministère de l’Environnement…) en novembre 2016, janvier et juin 2017. À cette occasion, les sujets sur lesquels travaille la profession ont été présentés et la volonté de continuer à s’engager sur la problématique de la pollinisation a été réaffirmée.

Sur la campagne 2016/2017, une augmentation des demandes a été enregistrée sur le site Beewapi.com, lancé en 2013 par le Gnis, l’Anamso, l’UFS (Union française des Semences) et l’ITSAP-Institut de l’Abeille (Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation). Ce site met en relation les agriculteurs -multiplicateurs de semences et les apiculteurs ayant des ruches, remplissant ainsi un double objectif : permettre aux colonies d’être au plus proches de ressources alimentaires (tournesol, colza) et optimiser la pollinisation des cultures de semences. Cet échange est basé sur une charte de bonnes pratiques réciproque entre professionnels. La demande constatée cette année est liée à l’augmentation de la sole en semences oléagineuses : + 30 % entre 2016 et 2017.